Le codage à l’école

Chers parents,

Je commence par une blague d’informaticiens: à une dame qui vient d’avoir un enfant on demande si elle a eu une fille ou un garçon. Elle répond oui.

(Je vous laisse quelques instants pour y réfléchir.)

Il y a 18 mois environ la Section française lançait son projet de Nuit du c0de. Soutenue en cela par le service IT de la TES, le Bureau français de Taipei et l’AEFE, il s’agissait de marquer notre volonté de proposer aux élèves des activités de programmation informatique allant au-delà des attentes purement scolaires et d’affirmer haut et fort le caractère innovant de notre école. L’innovation est d’ailleurs l’un des cinq axes forts de notre projet d’établissement.

La première édition s’est déroulée dans une superbe ambiance il y a presqu’un an. Grâce au travail de M. Kauffmann, professeur de mathématiques et qui m’a accessoirement raconté cette blague, cette nuit du c0de fait aujourd’hui déjà figure d’événement incontournable. Nous accueillerons le 20 mai, pour la deuxième édition, des élèves de Hong Kong, de Pékin et de Tokyo.

Devant l’engouement et l’intérêt suscités par la Nuit du c0de, la Section française s’est associée à la Section britannique pour donner naissance à sa petite sœur : l’Aprèm du c0de, réservée aux élèves du primaire. Celle-ci, vous le savez, se déroulera pour la première fois le 27 mai. Les 48 places disponibles pour y participer se sont arrachées en seulement quelques minutes…

Si nous sommes heureux de ce succès, il est l’occasion de mesurer l’intensité de vos attentes de autour de ces compétences qui seront sans doute, pour faire écho à mon courrier de la semaine dernière, essentielles dans le monde de demain. La Section française souhaite répondre toujours mieux à cette demande et multiplie à ce titre les initiatives : cette semaine avait par exemple lieu un très beau projet de robotique en 3ème (programmer une voiture autonome). Toujours cette semaine, avec nos partenaires de l’Université Tatung (merci à Dillon Yang, un parent d’élève, qui a rendu cela possible), les élèves sont allés au FAbLab créer avec Minecraft la ville éco-responsable du futur

Sachez aussi que nous avons revu notre programme de technologie pour y inclure davantage de programmation et que des clubs au primaire et des ECA au secondaire y sont consacrés. Tout cela porte d’ailleurs ses fruits : un élève sur 6 du secondaire est encore en course pour les ½ finales du prestigieux concours Algoréa : un résultat proprement étourdissant.

Nous continuerons sur cette voie et espérons prochainement être en mesure d’apporter une offre encore plus soutenue.

En attendant, notre petite histoire en préambule était l’illustration que la programmation informatique est aussi, pour beaucoup, une affaire de langage (en l’occurrence le « ou » logique implique que l’énoncé est nécessairement vrai). Cela tombe bien, à la Section française nous sommes tous plurilingues.

Excellent weekend à tout le monde !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *