Whole child education – Education globale

Chers parents,

Après avoir abordé un sujet délicat la semaine dernière, j’avais envie aujourd’hui d’une thématique plus légère – et finalement, n’ayons pas peur de le dire, plus en lien avec la réalité quotidienne de notre école!

Je souhaiterais profiter de ce courrier pour, de temps à autre, chroniquer les tendances qui traversent l’actualité pédagogique. Ce message étant court, je ne ferai qu’une présentation générale mais ceux et celles qui sont intéressés pourront trouver bientôt sur mon blog des articles plus longs et plus approfondis s’y rattachant. Leur publication sera bien sûr annoncée sur Facebook.

J’ai choisi aujourd’hui le concept de “whole child education”. Où l’on remarque d’emblée que cette expression n’a pas vraiment d’équivalent satisfaisant en français (éducation globale). Est-ce à dire alors que l’éducation à la française ne s’intéresserait qu’à une partie du développement de l’enfant – à savoir la partie uniquement tournée vers les savoirs et son développement académique au détriment de tout le reste?

L’éducation de “l’enfant entier” c’est une éducation qui s’intéresse aussi à sa santé, à son intégrité physique et morale comme à son engagement dans la société. Il s’agit aussi par ailleurs de s’assurer que chaque enfant ait accès à une aide personnalisée et qu’il soit constamment poussé à apprendre. Il s’agit d’un concept qui a pris véritablement naissance en Californie dans les années 80 mais que l’on retrouve dans les pratiques éducatives dites alternatives telles que Steiner ou Montessori. Plus qu’un terme à la mode, ce mouvement a profondément modifié notre façon de concevoir notre mission.

A mon arrivée à Taipei j’ai ressenti une demande très forte pour ce type d’éducation mais nos familles peinaient souvent à identifier dans notre école française des préceptes équivalents. Et pourtant: si on peut faire le reproche à l’école française – je le faisais ici – de ne pas savoir “vendre” ses concepts, on ne peut certainement douter qu’elle éduque l’enfant dans sa globalité. Nos actions le prouvent chaque semaine: des échanges en France et aux USA riches en expérience, des sorties scolaires bénéfiques à l’autonomie, des cours de soutien personnalisés à midi, de l’aide aux devoirs, un parcours d’éducation civique complet, un projet d’école écologique, un souci quotidien pour le bien-être des enfants et des adolescents dont on retrouve trace jusque dans les évaluations.

Vous remarquerez que dans la définition en filigrane que j’ai donnée de “l’éducation globale” il n’est finalement pas fait grand cas des savoirs. A moi, en tout cas, il me semble que posséder une culture littéraire classique et humaniste ou pouvoir articuler son raisonnement en le reliant à une théorie ne sont pas du superflu. L’école à la française a le mérite de mener sans bruit les deux de front. Et si nous n’inventons pas de slogans porteurs c’est simplement parce que pour nous, le “whole child education” n’est ni plus ni moins qu’une une tautologie.

Excellent weekend à tout le monde!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *