Frais de scolarité

Depuis plusieurs semaines la communauté du Lycée français est agitée par la hausse annoncée des frais de scolarité. Des groupes LINE se sont mis en place, des pétitions ont été signées, des courriers envoyés au CEO…Face à cette situation, vous avez été quelques uns à me solliciter pour connaître mon point de vue. Je comprends parfaitement que mon silence sur ce sujet puisse étonner, d’autant que je continue par ailleurs à vous écrire chaque semaine pour vous informer de la vie de notre établissement et mettre en lumière d’autres sujets de réflexion.

Je réalise évidemment que mes derniers courriers ont pu donner l’image, peut-être, d’un chef d’établissement déconnecté des familles et peu au fait de l’actualité de sa propre école. Je vous présente mes excuses si tel a été votre ressenti. Dans ce contexte, Il me semble opportun aujourd’hui de rappeler que la nouvelle gouvernance souhaitée par le Board of Directors et exécutée par le CEO représente un important changement de paradigme qui modifie sensiblement mon rôle et mon positionnement. Pour être clair – et au risque de caricaturer légèrement – je ne suis pas un employé du Lycée français ou
de la Section française mais bien de la TES. Cela a en réalité toujours été la cas mais le mode opératoire “historique” a pu laisser penser à tous les acteurs (et moi le premier !) que le chef de section dirigeait son école de manière quasi indépendante en rendant uniquement des comptes aux parents élus de son Conseil de gestion.

Le principe de “l’école unique” (un seul budget, un seul board, un seul “patron”…) a remis ce schéma en cause et a redéfini les missions de chacun. Il n’y a plus aujourd’hui d’ambiguïté possible: les chefs de Section sont placés directement sous la responsabilité du CEO. Il peut y avoir des discussions et des désaccords en interne sur des sujets divers (il y en avait hier, il y en aura encore demain
!). Je peux apporter mon ressenti, mon expérience et mes valeurs mais sur la partie très administrative de la TES (la partie budgétaire, par exemple) le dernier mot revient à la seule entité légalement reconnue : la TES. C’est la raison pour laquelle je ne me suis pas exprimé.

Je ne suis pas en train de botter en touche, de vous dire “ce n’est pas ma faute, c’est l‘autre”, ou encore “ces histoires de frais de scolarité ne m’intéressent pas”. Au contraire, vos réactions, vos questions me touchent et m’affectent. Mais il est clair que ma mission principale est de m’assurer que vos enfants bénéficient des meilleures conditions d’apprentissage possibles. C’est à cela que je m’attache depuis bientôt six ans et rien ne viendra altérer ma passion pour ce Lycée français de Taipei que
j’entends bien, avec le soutien de toute l’équipe, continuer à développer et à améliorer encore. Les familles traversent un moment difficile et tout changement apporte son lot de déstabilisations et de réajustements comme la Section française est en train de s’en rendre compte. Mais j’ai l’espoir que grâce à nos partenaires du BFT, de l’AEFE, des parents qui vous représentent et de la TES dans son ensemble, nous trouverons les solutions adéquates pour notre école.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *