Rester éveillés

J’ai repris il y a quelques années des études de philosophie. Ce choix personnel a été motivé par le fait que dans ma vie professionnelle et de citoyen, j’ai peu à peu pris conscience que de nombreuses décisions étaient prises pour moi sans que je n’ai réellement de prise sur elles. Je n’arrivais pas à faire sens des discours qui devenaient, de fait, du bruit. Je n’avais pas suffisamment de curiosité et laissais, finalement, les autres penser à ma place. C’est que trop longtemps dans mon parcours scolaire, universitaire et dans mon métier il avait manqué du sens.

Il me tient donc très à cœur aujourd’hui – sinon d’imposer la philosophie à tout le monde ! – de pouvoir développer chez nos élèves le sentiment que l’école n’est pas là uniquement pour être consommée mais qu’elle peut être une source de plaisirs, de découvertes, qu’elle doit être le lieu où l’on apprend non pas à subir mais à prendre part, le lieu où l’on réalise que derrière les soi-disant vérités se cachent souvent de simples constructions. A commencer par la construction de l’adolescent-élève, ce qui est attendu de lui ou d’elle, de l’image qu’il ou elle se donne en fonction de celle qui lui est constamment renvoyée par l’institution.

Aujourd’hui nous avons la chance de bénéficier à YangMingShan de l’expertise et du savoir-faire d’une équipe de 20 enseignants. Aussi Franck Lefèvre et moi avons souhaité mettre en place avec eux un dispositif qui nous permette d’atteindre un double objectif : poursuivre d’une part dans la voie de l’excellence académique et d’autre part donner accès aux élèves à une offre pédagogique élargie visant à renforcer l’acquisition d’une culture générale allant au-delà (ou marquant un pas de côté) des attendus scolaires.

Cette année nous sommes donc ravis de pouvoir proposer aux élèves de la 3ème à la terminale (et ils sont enthousiastes, croyez moi, de rester un plus longtemps avec nous le mercredi après-midi !) ce que nous avons appelé des ateliers pédagogiques. Au cours de l’année, les élèves auront ainsi la chance de pouvoir suivre, entre autres, un club de mathématiques, un atelier de culture générale, de philosopher avec les séries télévisées, de mener des actions ciblées dans le club santé, etc.

Les professeurs ont montré beaucoup de générosité pour mettre en place ces ateliers.qui représentent pour eux une opportunité de travailler sur des sujets qui leur tiennent à cœur et qui ne sont pas traités dans les programmes. Il ne s’agira donc pas à proprement parler de cours mais de moments privilégiés pendant lesquels il n’y aura ni bons ni mauvais élèves, ni matheux contre littéraires, des moments où il ne sera pas question de notes, de devoirs, de contrôles.

On y apprendra donc ouvertement pour apprendre et pour le plaisir, sans arrière-pensée sinon celle de se dire que nous faisons germer les graines de la curiosité, que nous tentons d’éclaircir un peu le monde qui nous entoure en le rendant plus intelligible. Dans 6 mois, 5 ans ou 20 ans, ce sont peut-être ces “petites choses” qui permettront à nos élèves de rester éveillés quand certains préféreraient qu’ils dorment paisiblement. Et en profiteraient pour penser à leur place.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *