La valeur ajoutée

Franck Lefèvre et moi avons eu le plaisir de recevoir cette semaine les parents de la classe de 3ème pour leur présenter les épreuves du Diplôme national du Brevet que passent tous les élèves scolarisés en France ou dans les écoles françaises à la fin du collège.

Cela a été l’occasion pour nous de présenter également quelques chiffres sur la très grande réussite des élèves du LFT au brevet comme au baccalauréat. Avec respectivement 92% de mentions au DNB depuis 6 ans et 88% de mentions au baccalauréat depuis que nous avons ouvert le lycée, les résultats sont en effet extrêmement positifs. D’autant que le taux de mentions Bien et Très bien (qui font la marque des meilleures écoles) est lui aussi remarquable: 76% au DNB et 84% au bac (contre 50,1% dans les lycées AEFE sur la même période au bac – à noter qu’il n’existe pas de statistiques correspondantes sur le DNB).

Lorsque nous décryptons ces résultats, il est possible de déterminer, comme je vous le disais la semaine dernière, ce que le Ministère de l’Education appelle la valeur ajoutée de l’établissement, c’est-à-dire son apport réel sur la réussite des élèves. L’indicateur principal pour ce faire est de mesurer la durée de la scolarité au LFT et de la mettre en rapport avec les résultats obtenus. Où l’on se rend compte que les élèves ayant obtenu la mention TB au baccalauréat ont en moyenne passé 6 ans et 5 mois au LFT contre 4 ans et 3 mois pour ceux qui l’ont obtenu sans mention ou avec la mention AB. Constat identique pour le DNB puisque la durée de scolarité moyenne des 22 élèves avec Mention Très Bien est de 3 ans et 5 mois contre 2 ans seulement pour ceux qui obtiennent Mention AB ou moins.

Si je combine ainsi les résultats DNB et du Baccalauréat, quand bien même il s’agit de deux épreuves différentes qui se déroulent à deux stades distincts de la scolarité, c’est parce qu’il existe une corrélation quasi infaillible entre les deux : sur les 16 élèves qui ont passé à la fois le DNB et le Baccalauréat au LFT, 12 ont obtenu la mention Bien ou Très bien aux deux épreuves. Le constat est vrai à l’inverse : sur les 4 qui ont obtenu la Mention AB ou qui ont été admis sans mention au DNB, 3 ont atteint des résultats similaires au Baccalauréat.

On voit donc que pour beaucoup, tout se décide très tôt et que les années collège revêtent une très grande importance dans la réussite finale au baccalauréat. C’est un message qu’il nous faut largement diffuser auprès des élèves et des familles. Tout comme il est bon de faire savoir les autres facteurs qui entrent aussi en ligne de compte : ainsi nous savons qu’un projet d’orientation réfléchi assez tôt est très bénéfique, comme peut l’être l’implication dans la vie de l’école et de ses instances.

Sans vouloir dresser un portrait robot de l’élève en réussite, ce qui n’aurait guère de sens, se dessine malgré tout l’image d’un-e jeune qui ne subit pas l’école mais s’en fait l’acteur-trice autonome.

En conclusion, au LFT vos enfants sont parfaitement encadrés et mis sur la voie de la réussite : ils et elles ont toutes les cartes en main (et nous proposons chaque année de nouvelles initiatives pour toujours nous améliorer) mais, et c’est heureux, c’est bien à eux de se saisir de cette chance et de tirer le meilleur profit de ce que l’équipe met à leur disposition. Nous les en savons capables et espérons, avec le soutien de leur famille, (voire exigerons !) d’excellents résultats cette année encore.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *