Partenariat

Mardi 19 novembre, quelques minutes avant 17h, M. Gilles Almosnino, chef du service Asie – Pacifique de l’AEFE et notre CEO David Gatley ont signé en présence du Bureau français de Taipei la nouvelle mouture de notre accord partenariat.

Le dernier partenariat, signé en 2011, avait besoin d’être revu dans la mesure où il liait l’AEFE et le Conseil de gestion, une entité dont la TES a souhaité modifier le rôle à la rentrée 2018. Depuis, cet accord a fait l’objet de nombreux allers-retours entre les différents services juridiques afin qu’il puisse garantir aux deux parties le respect de leurs modes de fonctionnement dans un cadre légal et au sein duquel les responsabilités, les droits et les devoirs de chacun sont bien définis.

Cet accord de partenariat, qui est le modèle aujourd’hui privilégié par l’AEFE avec 295 écoles sous ce statut pour ses 522 écoles au total, nous octroie un certain nombre de privilèges qui sont cruciaux pour notre établissement. Cet accord nous permet ainsi de recruter des enseignants titulaires qui sont détachés par le Ministère français de l’Education. Il permet aussi à ces mêmes enseignants de bénéficier d’actions de formation encadrées par nos autorités. Cet accord permet en outre à certaines de nos familles françaises de bénéficier d’une aide financière de l’Etat. Enfin et surtout, il garantit et sanctuarise le respect des programmes de l’Education Nationale, ce qui fait l’objet d’évaluations annuelles.

Nous répétons souvent qu’à la TES nous sommes une école unique et c’est vrai de bien des manières. C’est pour cela que l’AEFE et le Bureau français de Taipei ont tenu à incorporer dans l’accord des points qui ne sont habituellement pas précisés dans un accord classique. Outre ces avantages donc, et étant donné le contexte très particulier de notre école, certaines règles ad hoc ont été fixées : par exemple comment sera recruté le chef d’établissement à l’avenir, dans la mesure où la TES n’a pas vraiment d’expertise sur le recrutement côté français. Ou encore quel sera le nouveau rôle dévolu à l’instance “Conseil de gestion”.

L’accord ne répond pas à toutes les questions de procédure, ce n’est pas son objectif. Il offre un cadre au sein duquel notre Lycée français, qui a une mission de service public, et la TES qui est une identité indépendante obéissant aux lois taïwanaises peuvent collaborer de manière efficace au services enfants. En ce sens, d’autres thèmes y sont abordés : les effectifs nécessaires à la pérennisation des classes du lycée et de la bonnes tenue des examens français ; la question épineuse des frais de scolarité qui sont bien normalement fixés par l’organisme gestionnaire (la TES) mais la forte volonté de l’AEFE et du BFT de voir ces coûts ne pas s’envoler pour contrôler l’enveloppe des bourses.

La signature de l’accord ne règlera pas tous les problèmes du jour au lendemain bien sûr. Il ne dit rien, par exemple, sur les ECA de maternelle! Pas plus qu’il n’apporte de réponses aux questions que de nombreux parents continuent de se poser quant au niveau des élèves et cela malgré tous les résultats objectifs à notre disposition qui montrent que nous sommes en pleine réussite. Sur ce dernier point en particulier c’est bien à nous seuls, accord de partenariat ou pas,  de vous apporter les réponses. Ce sera assurément le thème d’un prochain courrier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *